Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux

  

Excellence - Ethique - Conscience

Pour une biologie unie et indivisible

Le Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux se félicite des résultats obtenus lors des élections à la section G du
Un arrêt de la cour d’appel de Paris du 8 novembre vient d’annuler l’ordonnance qui avait autorisé Cerba Healthcare à
Un remake des « Animaux malades de la peste » ? Les biologistes hospitaliers, libéraux et les internes du SJBM
Limites des autotests/TROD : les Autorités réagiront-elles ? Les représentants de biologie médicale – internes,
Nous partageons avec vous la tribune d'un confrère biologiste en lien avec l' enquète publique récemment lancée par

Nous avons reçu depuis le milieu de cette semaine un projet de décrets abordant un ensemble en apparence hétérogène de sujets.

Ce projet de décret, (devant être signé début Juillet) est destiné à la population exclusive des biologistes médicaux, médecins ou pharmaciens.

Pourtant il a un triple objet qui va bien au-delà de ce périmètre puisqu’il semble n’avoir pour unique finalité que de définir des conditions dérogatoires au DES de Biologie Médicale pour l’exercice de la Biologie Médicale :

             il précise les conditions dans lesquelles biologistes peut faire reconnaître son exercice dans un domaine de spécialisation (et reconnaît neuf domaines de spécialisation : bactériologie virologie hygiène, biochimie, biologie de la reproduction, génétique, hématologie, immunologie, parasitologie-mycologie, pharmacologie-toxicologie, thérapie cellulaire et thérapie génique)

             il précise les conditions dans lesquelles peuvent exercer la fonction de biologiste médical les directeurs et directeurs adjoint des centres nationaux de référence pour la lutte contre les maladies transmissibles, et les biologistes des centres hospitaliers universitaires…

             il instaure la commission nationale de biologie médicale chargée de donner des avis sur les autorisations d’exercice des fonctions des biologistes médicales à titre dérogatoire et sur des questions générales de biologie médicale

 

Ce décret fourre-tout touche donc au cœur même de notre exercice, et pose un certain nombre de problématiques dans la continuité de la lutte que nous avons menée sur la question des nominations "faits du prince" en centre hospitalo-universitaires en déqualifiant une nouvelle fois le Diplôme d’Etudes Spécialisées de Biologie Médicale.

Ainsi par exemple la Commission Nationale de Biologie Médicale (CNBM) telle que définie par ce projet de décret serait constituée de deux sous-commissions. La première sous-commission, responsable de rendre un avis sur les nominations dérogatoires ne comprendra tel que le projet est rédigé aujourd’hui aucun représentant syndical et sera composée exclusivement d’administratifs, d’un représentant de chaque ordre, de praticiens hospitalo-universitaires et des présidents de la conférence des doyens de médecine et de pharmacie, de même que des représentants de chacune des sections du conseil national des universités… Et sera présidée par un PUPH…

C’est donc en l’état une sous-commission fantoche incarnant les rêves les plus fous des tenants du népotisme et des nominations de complaisance.

Sachant ce que les discussions autour de l’article 6 (devenu 7) de la ppl Neuville ont ont cristallisé de tensions, l’écriture actuelle de ce projet de décret est vécue comme une trahison de l’équilibre, comme du tact et de la mesure souhaités dans la mise en place des nominations dérogatoires (qui devaient être particulièrement encadrées).

Le reste du décret est à l’avenant et soulève tout un ensemble d’autres problèmes. Ainsi sont par exemple définies les conditions d’habilitation à effectuer certains actes de prélèvements par... des biologistes médicaux non médecins non pharmaciens…

Nous abordons en ce moment même les problématiques soulevées par l’écriture de ce projet de décret avec l’ensemble des autres structures syndicales et ne manquerons pas de vous tenir informés.

sitemap - réalisation site internet par Visuapub