Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux

Excellence - Ethique - Conscience

 

Pour une Biologie Médicale unie et indivisible

voyageLe Haut Conseil de la santé publique publie comme chaque année ses recommandations concernant les maladies liées aux voyages. La particularité de 2014 réside dans la part importante consacrée aux maladies d’importation "souvent d’apparence banale au retour de voyages (pneumopathies, fièvre, dermatose), mais susceptibles de générer des problèmes de santé publique en France par leur capacité à s’y implanter.

SOURCE : INVS

RECOMMANDATIONS AUX VOYAGEURS 2014 EN PDF

lymphoA l’Institut des maladies génétiques-Imagine, une équipe Inserm vient de mettre en évidence la protéine CTPS1, essentielle au fonctionnement du système immunitaire adaptatif.Cette protéine serait entre autre indispensable à la multiplication lymphocytaire dans les ganglions. A terme, cette découverte pourrait apporter une réponse thérapeutique aux patients atteints de dysfonctionnements particuliers du système immunitaire.

De plus, le développement d’inhibiteurs spécifiques de cette protéine devrait permettre de réduire la réponse immunitaire sur commande, par exemple en cas de greffe.


SOURCE : INSERM

pr-1Une équipe de l'école universitaire de médecine de Séoul (Corée du Sud) vient de publier une étude de phase 3 comparant le traitement de référence de première intention de la PR, le méthotrexate, à un nouvel inhibiteur de tyrosine kinase, le tofacitinib (anti-JAK 1 et 3). Le tofacitinib 10mg s'est révélé plus efficace que le méthotrexate dont la dose était augmentée jusqu'à 20mg par semaine (37,7% des patients du groupe tofacitinib 10mg présentait une diminution d'au moins 70% du nombre d'articulations gonflées contre seulement 12%  du groupe méthotrexate). A contrario la tofacitinib présentait plus d'effets indésirables : développement d'un zona, augmentation de la créatinine et du cholestérol LDL.

SOURCE : le quotidien du médecin

SOURCE : le New England Journal of Medecine

hématiesDes chercheurs américains viennent de décourvrir une nouvelle hormone qui régule l’apport en fer nécessaire à la production des hématies : l'érythroferrone. Cette hormone régule directement l'hepcidine qui elle même contrôle la quantité de fer absorbée dans l'alimentation est sa distibution dans l'organisme. Plus le niveau d’erythroferrone est élevée, plus l’hepcidine sera bloquée ce qui augmentera la quantité de fer disponible pour la production de globules rouges. Cette découverte pourrait conduire à l'élaboration de nouveaux traitements inhibant l’hepcidine.

SOURCE : Nature Genetics

chameauDes chercheurs saoudiens publient dans le New England Journal of Medecine le premier cas avéré de transmission directe du coronavirus responsable du Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient (CoV-SRMO) du chameau à l'homme.

Leur étude porte sur le cas d'un homme de 44 ans ayant succombé à l'infection après avoir soigné des chameaux au moyen-orient. Leurs recherches montrent que l'ADN viral retrouvé chez l'homme est en tout point similaire à celui trouvé chez l'animal, prouvant ainsi la transmission directe de l'agent pathogène par contact rapproché.

SOURCE : le New England Journal Of Medecine

jpg antibiogramme avec fluoresceineUne équipe canadienne vient de publier une nouvelle approche de lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques. Cette fois ce sont les biofilms qui sont visés. Ces films biologiques produits par les bactéries rendent difficile voir impossible l'accès des antibiotiques, diminuant ainsi considérablement leurs effets.

Le peptide 1018, sujet de l'étude, inhiberait la formation des biolofilms par la bactérie et détruirait également les biofilms existants. Le peptide serait également efficace sur des souches particulièrement résistantes de P. aeruginosa, d' E. coli et de S. aureus.

 

SOURCE : PLOS Pathogens

sitemap - réalisation site internet par Visuapub