Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux

Excellence - Ethique - Conscience

 

Pour une Biologie Médicale unie et indivisible

Le Syndicat des Jeunes Biologistes médicaux a pris connaissance avec étonnement de l'arrêt pris par le tribunal de l'Union Européenne du 10 décembre 2014 dans le cadre du recours en annulation du 8 mars 2011, qui confirme la condamnation de l'Ordre des Pharmaciens, ne réduisant l'amende qui lui a été fixée que de façon symbolique, étayant cette réduction par un point précis (l'existence d'une circulaire guidant l'interprétation faite par le CNOP du droit).

Il est révoltant de constater que l'application stricte des missions qui lui ont été fixées en toute conscience par le peuple français au travers de lois, de décrets, et de règlements votés démocratiquement ait pu mener l'Ordre de l'avenue Ruysdael, connu pour son éthique et son impartialité en faveur de la Santé des Français, à une condamnation assortie d'une amende dont la disproportion en regard de ses moyens financiers est patente. Dans la droite ligne des perquisitions cavalières orchestrées par le tribunal de l'Union Européenne, cet arrêté est un nouveau camouflet infligé à la France par une Europe hors-sol obsédée par une idéologie ultracapitaliste.

Il est intéressant de constater que cette condamnation intervient à l'initiative de recours portés par des sociétés dont l'actionnariat est dominé par des fonds de pension, et au travers d'organes européens plus prompts à favoriser l'intérêt financier que celui des peuples.

Cette condamnation est un signal fort adressé à la fois aux français et au delà à tous les européens: leur Santé cèdera dorénavant toujours le pas aux appétits financiers de groupes internationaux guidés par une logique de marché (qu'ils n'ont par ailleurs aucune hésitation à fausser à leur avantage), et les organes Européens y veilleront.

Le SJBM apporte tout son soutien à l'Ordre des Pharmacien face à cette injustice, et espére qu'il fera appel de cette décision aussi inique qu'injustifiée: le principe de subsidiarité en matière de Santé des peuples devrait primer sur les intérêts financiers, et les décisions d'une nation en ce qui concerne son peuple devraient être sanctuarisées.

Le SJBM regrette cependant que la Présidente de l'Ordre, Mme Adenot, ait déclaré, sans doute sous le coup de l'émotion, veiller à respecter la logique de la concurrence. La Santé des Français répond à d'autres impératifs qu'à une logique marchande.

 

{fcomment}

sitemap - réalisation site internet par Visuapub