Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux

Excellence - Ethique - Conscience

 

Pour une Biologie Médicale unie et indivisible

La réforme de la biologie médicale du 13 janvier 2010, après de nombreuses tentatives de modifications est à nouveau en discussion. Voici nos propositions en faveur d’une biologie médicale de qualité et au service du patient :

  • Interdiction des ristournes sur les actes médicaux de biologie, notamment avec les organismes complémentaires d'assurance maladie.
  • Détention de la majorité du capital des laboratoires privés de biologie médicale (LBM) par les biologistes médicaux exerçants dans la structure et non par des structures financières ; ceci pour le respect de l’indépendance des professionnels de santé (5-1 législatif avec clause de préemption dans la limite de 50% du capital).
  • Arrêt des baisses excessives de la tarification de la nomenclature des actes de biologie médicale (NABM), création d'une commission d'enquête et d'évaluation des conséquences sociales et économiques de ces 6 baisses sauvages (soit plus de 25% de baisses cumulées sur 6 ans, ce qu'aucune profession n'a jamais subi). Il est totalement scandaleux que des expérimentations soient menées au doigt mouillé sur des tarifs impactant directement les emplois de plus de 100 000 Français à un moment où le chômage explose dans notre pays.
  • Nomination uniquement des titulaires du DES de biologie médicale dans les hôpitaux à l’image de ce qui se fait dans les autres professions de santé. Les patients ont le droit d'être soignés par des professionnels formés au soin, ou au moins d'être informés lorsque ce n'est pas le cas, à plus forte raison lorsqu'il s'agit des CHU, lieux censés représenter l'excellence! Les scandales de santé publique et sanitaires à venir seront la conséquence directe des nominations de complaisance dans notre spécialité médicale, telles qu'elles ont lieu actuellement dans le plus grand secret.
  • Mise en place de dispositifs facilitant la transmission des laboratoires aux jeunes biologistes (clause de préemption et SPFPL) et garantissant la pérennisation de la profession.
  • Protection de l’indépendance des infirmières diplômées d’état vis-à-vis de l'avidité des investisseurs spéculatifs en interdisant toutes participations croisées directes et indirectes entre leurs cabinets et les LBM.
  • Garantie de la qualité des analyses en harmonisant l'application des normes d’accréditation en ville, à l’hôpital et dans les cabinets d’infirmières effectuant une partie de la phase pré-analytique.
  • Assouplissement, notamment lors de la création d’un LBM, de la mise en place de la norme d’accréditation ISO 15189 dont le coût en temps et en argent est disproportionné en regard de l’amélioration attendue du service rendu au patient et qui paradoxalement accroît dramatiquement les inégalités d'accès au soin en limitant sévèrement, par les coûts et les difficultés administratives qu'elle implique à l'heure actuelle, les créations de novo de laboratoires par les jeunes professionnels. Cette norme, extrêmement contraignante, favorise les regroupements avec comme corollaire une destruction de la carte sanitaire à travers l'émergence de sites de prélèvements sans automate analyseurs sur place.
  • Autorisation de réalisation et cotation des consultations médicales dans les spécialités où le biologiste médical est considéré comme le médecin expert.
  • Rappel : ARRET IMMEDIAT DE LA BAISSE DE NABM, épée de Damoclès menaçant la profession et hypothéquant l'avenir de la jeune génération que nous représentons.

Alors que nous assistons en France à la disparition des laboratoires de proximité où la qualité primait sur le profit, toute la jeune génération de biologistes médicaux se mobilise en faveur de la pérennisation de la profession et d’une biologie éthique exercée par des biologistes médicaux de formation. Il faut rappeler que les examens de biologie médicale participent à 70 % des prises de décision médicales immédiates de nos confrères cliniciens pour seulement 2,5% des dépenses de santé.

Afin de replacer le patient au cœur de notre discipline médicale, nous devrons faire triompher nos valeurs face à la pression conjuguée de nombreux lobbies financiers.

Argumentaire

- Les laboratoires des hôpitaux généraux sont directement menacés de fermeture avec la réintroduction des ristournes par le gouvernement, victimes de l'externalisation de leurs examens au profit des laboratoires  « usines » dans le privé, ces derniers s'affranchissant de la coûteuse permanence des soins et de la formation professionnelle.

- Les baisses de nomenclature menacent directement la profession, la survie des biologistes indépendants et à travers eux les LBM de proximité. Après six baisses successives représentant au total plus de 25% du chiffre d’affaire, il faut mettre un terme à l’hémorragie. L'Etat Français portera la lourde responsabilité de la mort de toute une profession ainsi que du chômage de plus de 100 000 actifs, qui sauront s'en souvenir. Alors que les biologistes sont les sentinelles et les veilleurs d'Argos du système de soins français, la restructuration aussi brutale de la profession ne peut être qu’extrêmement dangereuse pour nos patients et menace la santé publique.

- Actuellement, la financiarisation et l’industrialisation croissantes de la profession aboutissent à la mort des LBM de proximité. Le maillage territorial des LBM, jusqu’ici exemplaire et reconnu mondialement, vole en éclats, et crée d'inéluctables déserts médicaux dans les bassins à faible densité de population ainsi qu'une préoccupante déshumanisation de la prise en charge de nos malades. Les délais de rendus de résultats ne sont plus compatibles avec les urgences et il est à prévoir des catastrophes sanitaires à grande échelle en cas de perturbation du trafic, notamment en heures pleines, ou lors de difficultés climatiques, par exemple en hiver, lors du transport des prélèvements.

- Il est déplorable de constater que le financement de la sécurité sociale, provenant de l’impôt du contribuable français, soit détourné avec l’aval du gouvernement au profit de fonds d'investissements étrangers à travers leur entrée dans le capital de nos LBM. Déplorable, et en même temps très révélateur.

- Afin de se réapproprier leur outil de travail ; les jeunes biologistes doivent recouvrer une place privilégiée dans les LBM. Nous fustigeons le scandale des contrats précaires de travailleurs non salariés ultraminoritaires contraints, se généralisant pour notre jeune génération. En effet, ces contrats ne confèrent pas de véritable indépendance professionnelle tout en ne faisant pas bénéficier leur titulaire de la protection du droit du travail : pas de durée légale du temps de travail, révocation ad nutum sans indemnités, détournement des honoraires au profit des détenteurs du capital, pas de congés maternité, etc. Ils sont par contre soumis aux pressions et obligations légales inhérentes au statut de biologistes  « associés » alors même qu’ils n’ont aucun pouvoir décisionnel.

- Dans les lieux d'excellence que sont les CHU, les postes de biologistes médicaux sont préférentiellement proposés  à des personnes non qualifiées en biologie médicale, parfois ni médecins ni pharmaciens. Ceux-ci doivent pourtant assurer la transmission intergénérationnelle des connaissances en ayant eux-mêmes reçus la formation adéquate, poser des diagnostics experts et d’urgence aux cliniciens, nécessitant des connaissances médicales transversales approfondies, qui si ces conditions ne sont pas remplies entrainent des conséquences immédiates qui peuvent être dramatiques sur la prise en charge des patients. Imaginerait-on qu'il soit possible, lorsqu'on embarque sur un vol long courrier, qu'on puisse avoir une chance sur deux de tomber sur un pilote diplômé qui n'ait pourtant suivi aucune formation et n'ait jamais volé ? C'est pourtant ce qui se passe aujourd'hui en France dans les CHU, et cela concerne la santé de tous les Français.

La jeune génération s’allie pour défendre ses idéaux : -          Ethique, qualité et proximité pour nos patients. -          Garantie pour nos partenaires cliniciens de résultats d’examens interprétés et communiqués dans des délais - notamment en cas d’urgence - compatibles avec une prise en charge optimale de leurs patients.

sitemap - réalisation site internet par Visuapub